Cours d'initiation à la didactique du Français Langue Etrangère en contexte syrien

   

 

 

 

 

 

 

3. Evaluer la production écrite

La production écrite est omniprésente en évaluation, voire surreprésentée, et c’est également le cas dans le système scolaire syrien. On attache beaucoup d’importance à l’acquisition d’une orthographe parfaite quand on est enseignant syrien de FLE.

Il faut rappeler que la langue française à la différence de bien d’autres langues romanes a un code orthographique écrit, qui reste figé par la pratique scolaire de la langue, et qui n’a pas beaucoup évolué contrairement à la langue orale. Même pour les locuteurs natifs, le code orthographique nécessite un long apprentissage. Il est important de ne pas attacher trop d’importance à ces questions d’orthographe quand on est enseignant de langue, en tout cas, de ne pas trop sanctionner ce type de fautes, car bien d’autres critères en production écrite doivent être pris en compte lors d’une évaluation, avant l’orthographe lexicale ou grammaticale.

La production écrite est une compétence difficile pour l’apprenant syrien, d’autant qu’il a dû déjà se familiariser avec un alphabet écrit qui n’est guère son référent premier.

Il est primordial d’envisager les six niveaux en production écrite (issus du cadre commun de référence), et de se rendre compte de ce que l’on est en droit d’attendre des apprenants, afin de leur proposer des exercices de production adéquats.

Niveaux

Production écrite

C2

L’apprenant de niveau C2 peut écrire des textes élaborés, limpides et fluides, exempts de calques de la langue maternelle, dans un style approprié et efficace, avec une structure logique qui aide le destinataire à remarquer les points importants.

C1

L’apprenant de niveau C1 peut écrire des textes bien structurés sur des sujets complexes, en soulignant les points pertinents les plus saillants et en confirmant un point de vue de manière élaborée, par l’intégration d’arguments secondaires, de justifications et d’exemples pertinents pour parvenir à une conclusion appropriée.

B2

L’apprenant de niveau B2 peut écrire des textes clairs et détaillés sur une gamme étendue de sujets relatifs à son domaine d’intérêt en faisant la synthèse et l’évaluation d’informations et d’arguments empruntés à des sources diverses.

B1

L’apprenant de niveau B1 peut écrire des textes articulés simplement sur une gamme de sujets variés dans son domaine en liant une série d’éléments discrets en une séquence linéaire.

A2

L’apprenant de niveau A2 peut écrire une série d’expressions et de phrases simples reliées par des connecteurs simples tels que « et », « mais », et « parce que »

A1

L’apprenant de niveau A1 peut écrire des expressions et phrases simples isolées.

L’intérêt de se reporter ainsi à ce tableau est de comprendre qu’en tant qu’évaluateur, on ne se réfère pas à une norme absolue qui serait l’écrit idéal sans faute, mais à une norme qui prend en compte les stages de l’apprentissage.

Il est donc important de construire vos grilles d’évaluation de production écrite en fonction de ce que vous êtes en droit d’attendre d’un apprenant ayant 60 heures de français (niveau A1) ou 160 heures (niveau A2)…